Tour de France : quel parcours pour l’édition 2018 ?

0

Le parcours de la 105e édition de la Grande Boucle sera dévoilé mardi vers midi. Le point sur les dernières rumeurs avant le jour J. 

Le Tour de France 2018, c’est déjà demain. Le parcours de la 105e édition (7 juillet-29 juillet 2018), dévoilé mardi au Palais des Congrès à Paris, sera scruté sous toutes ses coutures par les « gros » du peloton. Chris Froome, vainqueur l’été dernier et auteur d’un historique doublé Tour-Vuelta, sera encore une fois le grand favori à sa propre succession. Le profil de ce Tour 2018, radicalement différent de celui de cet été, pourrait-il inquiéter le Britannique, quadruple lauréat de la « Grande Boucle » ? Pas sûr, si on s’en tient aux rumeurs qui bruissent sur les sites spécialisés…

Le Grand départ en Vendée

Le Grand départ du Tour 2018, le 7 juillet, aura lieu, et c’est en train de devenir une habitude, en Vendée. Le département, grande terre de cyclisme, accueillera en effet son sixième départ. Comme en 2005 et 2011, le peloton arpentera le sublime passage du Gois, cette route submersible au cœur des marais salants reliant l’île de Noirmoutier à la Vendée et uniquement praticable par marée basse. Images sublimes en perspective !

Un contre-la-montre par équipes dès la 3e étape

La région Pays de la Loire (ouest) est gâtée puisqu’elle aura le privilège d’accueillir trois étapes. La troisième pourrait d’ailleurs marquer un premier tournant : les organisateurs ont d’ores et déjà annoncé un contre-la-montre par équipes, long de 35 km, autour de Cholet. L’épreuve contre le chrono par équipes n’avait plus eu lieu sur la Grande Boucle depuis 2015. Cette année-là, les BMC avaient remporté l’étape de justesse devant la Sky, et Chris Froome en avait profité pour accentuer son avance sur ses rivaux. Bis repetita en 2018 ? L’équipe britannique en a largement les moyens…

Une montée en terre dans les Alpes, retour de l’Alpe d’Huez

Selon l’excellent site Velowire, qui compile toutes les rumeurs sur le futur parcours du Tour, la première étape de haute montagne devrait se tenir le mardi 17 juillet, dans les Alpes, lors de la 10e étape. Les grimpeurs pourraient en découdre entre Annecy et Le Grand-Bornand (1.300 m d’altitude) avec une grande nouveauté : le plateau des Glières, une montée très difficile de deux kilomètres… en terre ! « Ce n’est pas arrivé sur le Tour depuis que les routes sont goudronnées, peut-être 60 ou 70 ans », a commenté Christian Prudhomme.

Une première étape alpestre à ne manquer sous aucun prétexte, avant une montée mythique, celle de l’Alpe d’Huez, le jeudi 19 juillet, lors de la 12e étape. L’Alpe avait été escaladée pour les deux dernières fois en 2013 et 2015 avec des victoires (cocorico) de Christophe Riblon et Thibaut Pinot. Et si les Français réalisaient la passe de trois ?

Mystère dans les Pyrénées

Après les Alpes, place aux Pyrénées, dont le programme est pour l’instant resté secret. Christian Prudhomme a tout de même livré quelques indices, avec des arrivées d’étapes à Pau, Peyragudes et Foix. La Dépêche du midi évoque une arrivée inédite « en très haute altitude » dans les Hautes-Pyrénées, qui pourrait être à Gavarnie-Les Especières (1.850 m) ou au Col de Couraduque (1.367 m).

Un contre-la-montre en montagne en juge de paix

Le bouquet final aura lieu le samedi 20 juillet lors de la 20e et avant-dernière étape, avec un contre-la-montre individuel en montagne ! Les principaux favoris pourraient donc se départager entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette, au Pays Basque, selon les informations de France Bleu Pays Basque. « Un tracé « casse patte » enchaînant les courtes montées, avec des pourcentages parfois très importants », croit savoir la radio locale. De quoi augurer d’une magnifique empoignade pour le maillot jaune. S’il reste encore du suspense à ce moment-là…

Journaliste de métier et geek dans l'âme je rassemble ici mes plus grandes passions : l'écriture et la technologie.